Normal view MARC view ISBD view

Fracture du fémur proximal [article] : une épidémie maîtrisée ?

by Chevalley, Thierry; Guilley, Edith; Herrmann, François R; Hoffmeyer, Pierre; Rapin, Charles-Henri.
Material type: materialTypeLabelArticleSAPHIR theme(s): Accidents | Personnes âgées - VieillesseMeSH subject(s): Hip Fractures | Osteoporosis | Hip Fractures -- epidemiology | Osteoporosis -- complications | SwitzerlandOther subject(s): GenèveOnline resources: Date de consultation : 21.06.2007 Summary: La fracture du fémur proximal est la complication majeure de l'ostéoporose en termes de mortalité, morbidité et coûts. De nombreuses études ont montré une augmentation de l'incidence ajustée pour l'âge des fractures du fémur proximal, mais des données à long terme dans une région géographique bien définie sont rares. De 1991 à 2000, 4115 fractures du fémur proximal ont été enregistrées à Genève chez 2981 femmes et 822 hommes de 50 ans et plus. Au cours de ces dix ans, l'incidence des fractures du fémur proximal, ajustée pour l'âge et standardisée par rapport à la population à Genève en 2000, a diminué de manière significative de 1,4%/an (p = 0,021) chez les femmes, et est restée stable chez les hommes (+ 0,5%/an, p = 0,66), suggérant que l'augmentation de l'incidence des fractures du fémur proximal aurait actuellement tendance à se stabiliser. [Auteurs]
No physical items for this record

La fracture du fémur proximal est la complication majeure de l'ostéoporose en termes de mortalité, morbidité et coûts. De nombreuses études ont montré une augmentation de l'incidence ajustée pour l'âge des fractures du fémur proximal, mais des données à long terme dans une région géographique bien définie sont rares. De 1991 à 2000, 4115 fractures du fémur proximal ont été enregistrées à Genève chez 2981 femmes et 822 hommes de 50 ans et plus. Au cours de ces dix ans, l'incidence des fractures du fémur proximal, ajustée pour l'âge et standardisée par rapport à la population à Genève en 2000, a diminué de manière significative de 1,4%/an (p = 0,021) chez les femmes, et est restée stable chez les hommes (+ 0,5%/an, p = 0,66), suggérant que l'augmentation de l'incidence des fractures du fémur proximal aurait actuellement tendance à se stabiliser. [Auteurs]