Normal view MARC view ISBD view

Les comptes de la protection sociale en 2005 [article]

by Duee, Michel; Bourgeois, Alexandre; Ministère de la Solidarité de la Santé et de la Protection Sociale. Direction de la Recherche des Etudes de l'Evaluation et des Statistiques. (D.R.E.E.S.). Paris. FRA.
Material type: materialTypeLabelArticleMeSH subject(s): Assurance invalidité | Assurance maladie | Accidents du travail | Chômage | Retraite | Croissance | Dépenses de santé | FranceSummary: [BDSP. Notice produite par IRDES Ip7AR0x9. Diffusion soumise à autorisation]. En 2005, le montant des prestations de protection sociale s'élève à 505 milliards d'euros, soit 29,6% du produit intérieur brut (PIB). Malgré l'infléchissement de l'activité économique, ces prestations ont progressé en valeur à un rythme modéré (+3,9% en 2005 contre+5,1% en 2004). En outre, la progression des ressources de la protection sociale a été plus soutenue que celle des dépenses (+4,4% en 2005 contre+3,8% en 2004 en valeur). L'évolution des comptes de la protection sociale en 2005 apparaît donc davantage liée à l'impact des politiques sociales qu'au contexte macroéconomique. Ainsi, la réforme de l'assurance maladie d'août 2004 (mise en oeuvre début 2005) et la convention médicale signée le 12 janvier 2005 semblent en partie expliquer le ralentissement des dépenses du risque santé, qui représentent 35% des prestations de protection sociale. Les dépenses du risque vieillesse-survie (44% des prestations de protection sociale) continuent quant à elles à augmenter, sous l'effet du dynamisme de la retraite anticipée pour les salariés ayant effectué une carrière longue, instituée dans le cadre de la réforme des retraites d'août 2003.
No physical items for this record

In: Les revenus sociaux en 2005

[BDSP. Notice produite par IRDES Ip7AR0x9. Diffusion soumise à autorisation]. En 2005, le montant des prestations de protection sociale s'élève à 505 milliards d'euros, soit 29,6% du produit intérieur brut (PIB). Malgré l'infléchissement de l'activité économique, ces prestations ont progressé en valeur à un rythme modéré (+3,9% en 2005 contre+5,1% en 2004). En outre, la progression des ressources de la protection sociale a été plus soutenue que celle des dépenses (+4,4% en 2005 contre+3,8% en 2004 en valeur). L'évolution des comptes de la protection sociale en 2005 apparaît donc davantage liée à l'impact des politiques sociales qu'au contexte macroéconomique. Ainsi, la réforme de l'assurance maladie d'août 2004 (mise en oeuvre début 2005) et la convention médicale signée le 12 janvier 2005 semblent en partie expliquer le ralentissement des dépenses du risque santé, qui représentent 35% des prestations de protection sociale. Les dépenses du risque vieillesse-survie (44% des prestations de protection sociale) continuent quant à elles à augmenter, sous l'effet du dynamisme de la retraite anticipée pour les salariés ayant effectué une carrière longue, instituée dans le cadre de la réforme des retraites d'août 2003.