Normal view MARC view ISBD view

Questions éthiques et cliniques posées par l’adoption de l’initiative sur l’internement à vie des délinquants particulièrement dangereux par le peuple suisse [article]

by Gravier, Bruno; Raggenbass, René; Gasser, Jacques.
Material type: materialTypeLabelArticleSAPHIR theme(s): ÉthiqueMeSH subject(s): Sex Offenses | Commitment of Mentally Ill | Forensic Psychiatry | Sex Offenses -- legislation & jurisprudence | Commitment of Mentally Ill -- legislation & jurisprudence | Forensic Psychiatry -- ethics | SwitzerlandOnline resources: Date de consultation : 27.02.2006 Summary: Une initiative populaire se concluant par un vote national a conduit le peuple suisse à demander une modification de sa constitution pour permettre d'interner définitivement certains délinquants particulièrement dangereux. Une fois la décision prise, aucune véritable réévaluation de la situation ne pourra être effectuée. Cette décision se basera principalement sur l'expertise psychiatrique qui devra se prononcer sur le caractère inamendable ou inaccessible à tout traitement de tels sujets. Cet article présente l'historique de la démarche populaire qui a conduit à ce vote et la manière dont l'Etat suisse a rendu compte de cette votation en tentant de l'inscrire dans son code pénal. Pourtant le texte voté se présentait d'une manière telle qu'il rendait impossible son inscription autant dans un discours juridique que dans un discours psychiatrique. Il confronte maintenant les praticiens à des questions éthiques majeures. Doit-on accepter de s'inscrire dans un tel processus pénal? Peut-on valider par une expertise un pronostic qui engage la vie entière d'une personne lorsque l'on connaît le caractère incertain et donc discutable des approches prédictives? Comment tout un Etat de droit a-t-il pu laisser se développer un tel leurre quant à la place de la psychiatrie dans la cité? [Auteurs]
Item type Current location Call number Status Date due
IST, Institut universitaire romand de santé au travail; Bibliothèque
PUB-ART-REGIO (Browse shelf) Available

Une initiative populaire se concluant par un vote national a conduit le peuple suisse à demander une modification de sa constitution pour permettre d'interner définitivement certains délinquants particulièrement dangereux. Une fois la décision prise, aucune véritable réévaluation de la situation ne pourra être effectuée. Cette décision se basera principalement sur l'expertise psychiatrique qui devra se prononcer sur le caractère inamendable ou inaccessible à tout traitement de tels sujets. Cet article présente l'historique de la démarche populaire qui a conduit à ce vote et la manière dont l'Etat suisse a rendu compte de cette votation en tentant de l'inscrire dans son code pénal. Pourtant le texte voté se présentait d'une manière telle qu'il rendait impossible son inscription autant dans un discours juridique que dans un discours psychiatrique. Il confronte maintenant les praticiens à des questions éthiques majeures. Doit-on accepter de s'inscrire dans un tel processus pénal? Peut-on valider par une expertise un pronostic qui engage la vie entière d'une personne lorsque l'on connaît le caractère incertain et donc discutable des approches prédictives? Comment tout un Etat de droit a-t-il pu laisser se développer un tel leurre quant à la place de la psychiatrie dans la cité? [Auteurs]