Normal view MARC view ISBD view

Une grève de la faim est un acte de protestation : [article] : quelle est la place des soignants ? : l'alimentation forcée est contraire à la déontologie médicale /

by Gravier, Bruno; Wolff, Hans; Sprumont, Dominique; Ricou, Bara; Kind, Christian; Gaspoz, Jean-Michel; Mauron, Alex; Suter, Peter; Haller, Jacques de; Hurst, Samia.
Material type: materialTypeLabelArticleSAPHIR theme(s): Santé en milieu carcéral | Éthique | Droit de la santé | PatientsMeSH subject(s): Fasting | Prisoners | Enteral Nutrition | Coercion | Treatment Refusal | Physician-Patient Relations | Physician's Role | Human Rights | Personal Autonomy | Ethics, Medical | SwitzerlandOnline resources: Date de consultation : 07.10.2010 Summary: Une décision récente du Tribunal fédéral estime qu'il incombe aux autorités d'exécution des peines d'ordonner une alimentation forcée envers un détenu gréviste de la faim. Les regards se tournent vers le soignant en milieu pénitentiaire qui est au risque de se voir sommer d'être l'exécutant d'une telle décision. Celle-ci est contraire aux valeurs fondamentales de l'éthique médicale. Le respect de l'autonomie d'un patient capable de discernement et qui choisit de protester contre sa situation par ce moyen doit rester au centre de la préoccupation du soignant. Pour préserver cette valeur éthique, l'indépendance du soignant, le respect de la déontologie, la garantie de la confidentialité et le droit à l'objection de conscience sont autant de données indispensables à l'exercice médical en prison autant que dans tout autre lieu de soins. [Auteurs]
No physical items for this record

Ont notamment collaboré: Hans Wolff, Dominique Sprumont, Bara Ricou, Christian Kind, Jean-Michel Gaspoz, Alex Mauron, Peter Suter, Jacques de Haller, Samia Hurst... [et al.] - Voir aussi: Grèves de la faim en prison : à propos de l'arrêt du Tribunal fédéral du 26 août 2010 / B. Gravier... [et al.]. - Bulletin des médecins suisses = Schweizerische Ärztezeitung, 2010, Vol. 91, no 39, p. 1518-1520

Une décision récente du Tribunal fédéral estime qu'il incombe aux autorités d'exécution des peines d'ordonner une alimentation forcée envers un détenu gréviste de la faim. Les regards se tournent vers le soignant en milieu pénitentiaire qui est au risque de se voir sommer d'être l'exécutant d'une telle décision. Celle-ci est contraire aux valeurs fondamentales de l'éthique médicale. Le respect de l'autonomie d'un patient capable de discernement et qui choisit de protester contre sa situation par ce moyen doit rester au centre de la préoccupation du soignant. Pour préserver cette valeur éthique, l'indépendance du soignant, le respect de la déontologie, la garantie de la confidentialité et le droit à l'objection de conscience sont autant de données indispensables à l'exercice médical en prison autant que dans tout autre lieu de soins. [Auteurs]