Normal view MARC view ISBD view

La complémentarité du secteur privé dans la poursuite des objectifs fondamentaux du système public de santé au Québec : [publication] : rapport du groupe de travail /

by Québec (Province). Ministère de la santé et des services sociaux.
Material type: materialTypeLabelBookPublisher: Québec : Ministère de la santé et des services sociaux (Québec), 1999Description: IX, 117 p. ; 28 cm.ISBN: 2550349377.MeSH subject(s): Delivery of Health Care | Public Sector | Private Sector | Interinstitutional Relations | Health Policy | Delivery of Health Care -- economics | Private Sector -- trends | Private Sector -- economics | Public Sector -- trends | Public Sector -- economics | QuebecPUBLICATION TYPE SAPHIR: ReportOnline resources: Date de consultation : 22.01.2003 Summary: [Table des matières] CHAPITRE 1 : La présence du privé dans la santé au Québec : description sommaire de la situation. 1.1 COMMENT EN SOMMES-NOUS ARRIVÉS À UNE PART RELATIVE DES DÉPENSES PRIVÉES SUPÉRIEURE À 30 % ?. 1.1.1 La part des dépenses privées dans les dépenses totales de santé au Québec a considérablement augmenté depuis 1991. 1.1.2 La cause : un freinage plus marqué de la croissance des dépenses publiques que des dépenses privées. 1.1.3 Explication de l’augmentation de la part des dépenses privées dans les dépenses totales de santé. 1.2 Y A-T-IL EU SUBSTITUTION DES DÉPENSES PUBLIQUES DE SANTÉ PAR DES DÉPENSES PRIVÉES ? 1.3 POURQUOI LA PART DES DÉPENSES PRIVÉES DE SANTÉ A-T-ELLE CRÛ PLUS RAPIDEMENT AU QUÉBEC QU’AU CANADA ? 1.4 COMMENT SE COMPARE LE QUÉBEC AVEC LES AUTRES PROVINCES ET CERTAINS PAYS ? 1.5 CONCLUSION. 1.6 PERSPECTIVES. 1.6.1 Une organisation s’approchant des limites de ses possibilités : la nécessité d’accroître ses capacités d’ajustement en réduisant des obstacles structurels. 1.6.2 Des besoins d’hébergement et de services à domicile : la nécessité de nouer une nouvelle complémentarité public-privé. CHAPITRE 2 : La coexistence du public et du privé dans la santé et les services sociaux : des principes à maintenir, des contributions à intégrer. 2.1 LE RÔLE DU PRIVÉ : PLUS QU’UNE QUESTION FINANCIÈRE 2.2 LA CONJONCTION DU PUBLIC ET DU PRIVÉ DANS LA SANTÉ ET LES SERVICES SOCIAUX AU QUÉBEC. 2.2.1 Un système public à une vitesse en synergie avec le privé. 2.2.2 Une diversité d’acteurs et de principes, une œuvre convergente. 2.2.3 Des arrangements à dimensions multiples entre le public et le privé. 2.3 LES VENTS DE CHANGEMENT QUI SOUFFLENT SUR LES SYSTÈMES DE SANTÉ. 2.3.1 La « nouvelle donne » de la santé et du bien-être. 2.3.2 L’expérience internationale : des stratégies d’adaptation à double volet. 2.3.3 Leçons pour le Québec. CHAPITRE 3 : Une nouvelle conjonction public-privé pour la santé au Québec : des orientations à privilégier, des avenues à explorer. 3.1 MAINTENIR LE CAP SUR L’ESSENTIEL. 3.1.1 Consolider le réseau public de services et mieux lier le privé à l’intérêt général. 3.1.2 Apparier les tâches et les responsabilités de façon appropriée. 3.1.3 Se donner des balises. 3.1.4 Adapter aux changements les arrangements entre le public et le privé. 3.2 POURSUIVRE DES ORIENTATIONS PRIVILÉGIÉES. 3.2.1 Bonifier le système public en y adaptant des pratiques innovatrices tout en protégeant son intégrité. 3.2.2 Accroître l’effet de levier des fonds publics disponibles en profitant de sources de financement privé. 3.2.3 Soutenir la prise en charge du milieu et favoriser l’autonomie individuelle. 3.2.4 Créer des conditions favorables pour que des solutions innovatrices émergent du milieu 3.2.5 Favoriser le partenariat privé lorsqu’il améliore l’accès aux services publics à moindre coût. 3.2.6 Réglementer certaines activités du marché afin qu’elles soient conformes à l’intérêt commun. Conclusion: Non à une privatisation du système de santé, oui à une meilleure utilisation des forces du public et du privé.
No physical items for this record

[Table des matières] CHAPITRE 1 : La présence du privé dans la santé au Québec : description sommaire de la situation. 1.1 COMMENT EN SOMMES-NOUS ARRIVÉS À UNE PART RELATIVE DES DÉPENSES PRIVÉES SUPÉRIEURE À 30 % ?. 1.1.1 La part des dépenses privées dans les dépenses totales de santé au Québec a considérablement augmenté depuis 1991. 1.1.2 La cause : un freinage plus marqué de la croissance des dépenses publiques que des dépenses privées. 1.1.3 Explication de l’augmentation de la part des dépenses privées dans les dépenses totales de santé. 1.2 Y A-T-IL EU SUBSTITUTION DES DÉPENSES PUBLIQUES DE SANTÉ PAR DES DÉPENSES PRIVÉES ? 1.3 POURQUOI LA PART DES DÉPENSES PRIVÉES DE SANTÉ A-T-ELLE CRÛ PLUS RAPIDEMENT AU QUÉBEC QU’AU CANADA ? 1.4 COMMENT SE COMPARE LE QUÉBEC AVEC LES AUTRES PROVINCES ET CERTAINS PAYS ? 1.5 CONCLUSION. 1.6 PERSPECTIVES. 1.6.1 Une organisation s’approchant des limites de ses possibilités : la nécessité d’accroître ses capacités d’ajustement en réduisant des obstacles structurels. 1.6.2 Des besoins d’hébergement et de services à domicile : la nécessité de nouer une nouvelle complémentarité public-privé. CHAPITRE 2 : La coexistence du public et du privé dans la santé et les services sociaux : des principes à maintenir, des contributions à intégrer. 2.1 LE RÔLE DU PRIVÉ : PLUS QU’UNE QUESTION FINANCIÈRE 2.2 LA CONJONCTION DU PUBLIC ET DU PRIVÉ DANS LA SANTÉ ET LES SERVICES SOCIAUX AU QUÉBEC. 2.2.1 Un système public à une vitesse en synergie avec le privé. 2.2.2 Une diversité d’acteurs et de principes, une œuvre convergente. 2.2.3 Des arrangements à dimensions multiples entre le public et le privé. 2.3 LES VENTS DE CHANGEMENT QUI SOUFFLENT SUR LES SYSTÈMES DE SANTÉ. 2.3.1 La « nouvelle donne » de la santé et du bien-être. 2.3.2 L’expérience internationale : des stratégies d’adaptation à double volet. 2.3.3 Leçons pour le Québec. CHAPITRE 3 : Une nouvelle conjonction public-privé pour la santé au Québec : des orientations à privilégier, des avenues à explorer. 3.1 MAINTENIR LE CAP SUR L’ESSENTIEL. 3.1.1 Consolider le réseau public de services et mieux lier le privé à l’intérêt général. 3.1.2 Apparier les tâches et les responsabilités de façon appropriée. 3.1.3 Se donner des balises. 3.1.4 Adapter aux changements les arrangements entre le public et le privé. 3.2 POURSUIVRE DES ORIENTATIONS PRIVILÉGIÉES. 3.2.1 Bonifier le système public en y adaptant des pratiques innovatrices tout en protégeant son intégrité. 3.2.2 Accroître l’effet de levier des fonds publics disponibles en profitant de sources de financement privé. 3.2.3 Soutenir la prise en charge du milieu et favoriser l’autonomie individuelle. 3.2.4 Créer des conditions favorables pour que des solutions innovatrices émergent du milieu 3.2.5 Favoriser le partenariat privé lorsqu’il améliore l’accès aux services publics à moindre coût. 3.2.6 Réglementer certaines activités du marché afin qu’elles soient conformes à l’intérêt commun. Conclusion: Non à une privatisation du système de santé, oui à une meilleure utilisation des forces du public et du privé.