Normal view MARC view ISBD view

La médecine du futur ; suivi de, Carnets (1970-1978) [publication] /

by Bernard, Jean [edt]; Leca, Martine.
Material type: materialTypeLabelBookPublisher: Paris : Le cherche midi, 1998, cop. 1998Description: 182 p. ; 24 cm.ISBN: 2862745529.MeSH subject(s): Medicine | ForecastingPUBLICATION TYPE SAPHIR: MonographSummary: Le professeur Jean Bernard, l' un des pionniers de l'hématologie, analyse dans ce livre la révolution médicale qui va préparer la médecine du troisième millénaire. Pour le futur, il s' inquiète des apprentis sorciers, des dérives et tentations des chercheurs. Clonage, transgénisme, eugénisme, génomique : autant de termes futuristes, qui n'appartiennent plus à la science-fiction mais sont incarnés. Le président du premier Comité national d'éthique au monde en appelle à la vigilance. Il établit une carte des pratiques éthiques selon les pays. Il aborde le grand point d'interrogation médical, le cerveau. Médecin intemporel, Jean Bernard souligne la nécessité de se démasquer de la technologie pour soigner. C'est de l'homme qu'il s'agit, répète-t-il, citant Saint-John Perse. Il faut maintenir, avec le patient le dialogue et les gestes pour découvrir son corps. Jean Bernard a toujours refusé d'être "un médecin du quart d'heure", sans relations directes avec les malades. <Editeur>
No physical items for this record

Le professeur Jean Bernard, l' un des pionniers de l'hématologie, analyse dans ce livre la révolution médicale qui va préparer la médecine du troisième millénaire. Pour le futur, il s' inquiète des apprentis sorciers, des dérives et tentations des chercheurs. Clonage, transgénisme, eugénisme, génomique : autant de termes futuristes, qui n'appartiennent plus à la science-fiction mais sont incarnés. Le président du premier Comité national d'éthique au monde en appelle à la vigilance. Il établit une carte des pratiques éthiques selon les pays. Il aborde le grand point d'interrogation médical, le cerveau. Médecin intemporel, Jean Bernard souligne la nécessité de se démasquer de la technologie pour soigner. C'est de l'homme qu'il s'agit, répète-t-il, citant Saint-John Perse. Il faut maintenir, avec le patient le dialogue et les gestes pour découvrir son corps. Jean Bernard a toujours refusé d'être "un médecin du quart d'heure", sans relations directes avec les malades.