Normal view MARC view ISBD view

Travail, les raisons de la colère /

by Gaulejac, Vincent de.
Material type: materialTypeLabelBookSeries: Economie humaine.Publisher: Paris : Ed. du Seuil, 2011Description: 334 p.ISBN: 9782021038958.Subject(s): psychologie du travail -- 21e s. (début) | travail -- * psychosociologie -- 21e s. (début) | travailleur -- * psychologie sociale -- 21e s. (début) | stress -- travail | pénibilité -- travailSAPHIR theme(s): Santé mentale | Santé mentale | Santé et travailMeSH subject(s): Santé et travail -- stress professionnel ‐ aspects psychosociaux | Occupational Health | Employment | Workplace | Mental Health | Psychology, Industrial | Workload | Stress, Psychological | Suicide | Employment -- organization & administration | Employment -- psychology | Working Conditions | MonographPUBLICATION TYPE SAPHIR: MonographSummary: Les signes d'une crise profonde se multiplient dans les organisations et plus largement dans le monde du travail : stress, burn out, dépressions, suicides, perte de sens, précarité, pertes d'emplois, révoltes, manifestations, séquestrations, occupations ; autant de manifestations destructives qui semble toucher l'ensemble des entreprises et des institutions, privées et publiques... Mais peut-on encore parler de crise lorsqu'elle devient permanente ? Ce livre explore les sources de cette situation inquiétante. Il décrit les liens entre la dimension psychologique du mal être, les mutations organisationnelles et les transformations du capitalisme financier. La "révolution managériale" qui devait réconcilier l'homme et l'entreprise conduit à la lutte des places et au désenchantement. L'idéologie gestionnaire transforme l'humain en ressource au service de la rentabilité de l'entreprise. La souffrance au travail manifeste une nouvelle exploitation psychique, tout aussi réelle que l'ancienne exploitation du prolétariat dans le capitalisme industriel. La colère gronde chez les salariés confrontés à des restructurations, des réorganisations permanentes qui leur semblent aussi violentes qu'injustifiées. Dans les institutions publiques, la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) engendre désorganisation et désespérance. La frénésie modernisatrice, la culture du résultat et l'obsession évaluatrice créent un monde pathogène et paradoxal. Face aux violences innocentes de cette « nouvelle gouvernance », les salariés semblent n'avoir pas d'autre choix que de se révolter ou se détruire. Entre la colère et la dépression, d'autres voies sont pourtant possibles. En sociologue clinicien, l'auteur propose un diagnostic approfondi à partir duquel il définit les conditions qui permettraient de « travailler mieux pour vivre mieux ». [Ed.]
Item type Current location Call number Status Notes Date due
331.4 GAUL (Browse shelf) Available
Empruntable
RMA 61715 (Browse shelf) Available
331.4 GAUL (Browse shelf) Available
Empruntable
CDSP WA-400-Gau-2011 (Browse shelf) Available
331.1 GAU (Browse shelf) Available
331.4 GAUL (Browse shelf) Available
158.7 GAU (Browse shelf) Available
Empruntable
UPA 70407 (Browse shelf) Available
331.4 GAU (Browse shelf) Available
Empruntable
159.9:30 GAU (Browse shelf) Available
306.36 GAU (Browse shelf) Available
HEGN 331.4GAU (Browse shelf) Available
NA 2011.1641 (Browse shelf) Available
CFV 331.472 GAU (Browse shelf) Available
158.7 GAU (Browse shelf) Available
STS K (Browse shelf) Available
316.52 (Browse shelf) Available
331 GAU (Browse shelf) Available
BPUN FP 18825 (Browse shelf) Available
HEF-TS 12108 (Browse shelf) Available
ARCN 331 GAU (Browse shelf) Available
331 GAU tra (Browse shelf) Available
Empruntable IST, Institut universitaire romand de santé au travail; Bibliothèque
Bibliothèque
IST WA-492-Gau-2011 (Browse shelf) Available N° d'inventaire: 21/11

vdist-/05.2013 Les signes d'une crise profonde se multiplient dans les organisations et plus largement dans le monde du travail : stress, burn out, dépressions, suicides, perte de sens, précarité, pertes d'emplois, révoltes, manifestations, séquestrations, occupations ; autant de manifestations destructives qui semble toucher l'ensemble des entreprises et des institutions, privées et publiques... Mais peut-on encore parler de crise lorsqu'elle devient permanente ? Ce livre explore les sources de cette situation inquiétante. Il décrit les liens entre la dimension psychologique du mal être, les mutations organisationnelles et les transformations du capitalisme financier. La "révolution managériale" qui devait réconcilier l'homme et l'entreprise conduit à la lutte des places et au désenchantement. L'idéologie gestionnaire transforme l'humain en ressource au service de la rentabilité de l'entreprise. La souffrance au travail manifeste une nouvelle exploitation psychique, tout aussi réelle que l'ancienne exploitation du prolétariat dans le capitalisme industriel. La colère gronde chez les salariés confrontés à des restructurations, des réorganisations permanentes qui leur semblent aussi violentes qu'injustifiées. Dans les institutions publiques, la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) engendre désorganisation et désespérance. La frénésie modernisatrice, la culture du résultat et l'obsession évaluatrice créent un monde pathogène et paradoxal. Face aux violences innocentes de cette « nouvelle gouvernance », les salariés semblent n'avoir pas d'autre choix que de se révolter ou se détruire. Entre la colère et la dépression, d'autres voies sont pourtant possibles. En sociologue clinicien, l'auteur propose un diagnostic approfondi à partir duquel il définit les conditions qui permettraient de « travailler mieux pour vivre mieux ». [Ed.]